- Statiques

  • 1

    Cutty Sark

    Cutty Sark

    Clipper conçu dans le but de remporter la traditionnelle course annuelle, où les meilleurs navires et équipage britanniques rivalisaient pour rapporter au plus vite les premiers fruits de la récolte annuelle de thé d'orient. John Willis, l'armateur , le baptisa Cutty Sark* en souvenir de la sorcière Nannie, héroïne d'un poëme de Robert Burns, représentée sur la figure de proue. Il effectua sa première traversée en direction de Shangaï en janvier 1870. Pour le trajet de retour, il mit 110 jours à regagner Londres avec son chargement de thé. Lors du second voyage, alors qu'il était bien parti pour battre tous les records, il fit les frais d'une redoutable tempête en plein coeur de l'océan Indien et perdit son gouvernail. En dépit de cela, il parvint à rejoindre le port de Londres après avoir navigué sur 8 000 milles avec un gouvernail de fortune. Le Cutty Sark connu ensuite plusieurs années d'intense activité sur la légendaire "route du thé". Au lendemain de l'introduction des vapeurs qui pouvaient emprunter le canal de suez, il perdit son avantage et se vit retirer cette liaison en 1877. Il fut alors affecté au transport de la laine depuis l'Australie, empruntant avec succès le cap Horn. En 1895 il fut racheté par un armateur de Lisbonne, rebaptisé Ferreira, pour assurer des voyages transatlantiques. En 1920, il fut revendu à un autre armateur portugais qui le rebaptisa Maria do Amparo. Ce fut un capitaine anglais, Wilfred Dowkman, qui le racheta en 1920 pour le resturer et lui rendre son aspect et son nom d'origine. Entre 1926 et 1948, il servit de bâteau-école au sein de l'armada britannique, et survécu aux bombardements de la seconde guerre mondiale. Depuis 1954, la cutty Sark Preservation Society en a fait un musée naval à Greenwich. Il est gravement endommagé par un incendie d'origine suspecte le 21 mai 2007 alors qu'il était en cours de restauration. Heureusement, dans le cadre de travaux de rénovation, environ la moitié des éléments d'origine du bateau (les mâts, la majeure partie du plancher supérieur et le gouvernail), ainsi que le mobilier et l'armement étaient stockés à l'abri du sinistre. Caractéristiques: Un clipper est un bateau à voile fait pour convoyer le plus vite possible des denrées périssables grâce à des dimensions relativement fines et une voilure importante. Manœuvrables, construits généralement en bois au milieu du XIXème siècle, ils sont progressivement  équipés de structures métalliques résistantes. Date de construction: 1869 Gréement: 3 mâts carré Longueur hors tout: 85,4 m Longueur de la coque: 64,77 m Maître bau: 11 m Tirant d'eau: 6,4 m Voilure: 3000 m2 Vitesse: 18,5 noeuds Equipage: 28 à 35 personnes Maquette au 1/90ème : 94 cm de longueur sur 12,25 cm de largeur et 56 cm de la quille à l'extrémité du grand mât        
  • 14

    HMS Victory

    HMS Victory

      Un des 6 navires de la Royal Navy ayant porté le nom HMS Victory (le dernier de la série). Il est construit entre 1759 et 1765 avant d'être finalement mis en service en 1778. Il a servi durant la guerre d'indépendance américaine, la Révolution française et les guerres napoléoniennes. Il fut le navire amiral de Augustus Keppel, 1er vicomte Keppel durant la bataille d'Ouessant de 1778, celui de John Jervis durant la bataille du cap Saint-Vincent de 1797 et enfin celui de Lord Nelson durant la bataille de Trafalgar. Les marins étaient, comme sur la majorité des autres navires de guerre de l'époque, mal logés. Les hamacs et les tables étaient dans l'un des ponts entre les canons, et occupés par le quart qui n'était pas de service. Ils étaient nourris avec des biscuits séchés (qui ne moisissaient pas mais étaient infestés de vers la plupart du temps), de la viande séchée et salée selon les méthodes traditionnelles de conservation de la viande, et du tafia ou grog. Les officiers avaient des cabines plus privées (mais quand même collectives), et étaient nourris par un cuisinier différent. Ils pouvaient alimenter leur propre garde-manger selon leur bourse. Seul le commandant du navire avait une cabine particulière. Un énorme foyer en fonte entouré de briques au centre du bateau permettait de préparer les repas de plus de 800 hommes 2 fois par jours. Sur le pont: des moutons, des poules et même une vache vivante dans un enclos, permettait de fournir du lait frais aux rares privilégiés qui en avait le droit (officiers supérieurs, malades...). Après 1824, il fut retiré du service actif et mis dans une forme de radoub en 1922 à Portsmouth. Il continue à être le navire amiral du Second Sea Lord. Il est préservé comme navire musée. Caractéristiques: Frégate, navire amiral de la Navy armée de 104 canons sur 3 ponts Construction: 1765 Gréement: 3 mâts carrés Longueur: 68,9 m Maître bau: 15,4 m Hauteur des mâts: 55, 61 et 48 mètres au dessus de la mer Diamètre du grand mât: 1 m à sa base Profondeur de la cale: 6,65 m Tonnage: 3500 tonnes environ Voilure: 16186 m2 pour 32 voiles Longueur de la grande vergue: 31,2 m Longeur totale de cordage: 43 kilomètres Epaisseur de la coque: 60 cm au niveau du pont inférieur Equipage: 850 officiers et hommes d'équipage   Maquette au 1/75ème : Longueur: 135,5 cm, largeur: 46 cm, hauteur: 89 cm.  
  • 13

    HMS Pandora

    HMS Pandora

    Le HMS Pandora , frégate de 24 canons construite à Deptford, faisait partie des plus petites frégates de la Navy. Elle a été envoyée dans les eaux nord-américaines pendant la guerre d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique, puis a été mise « en retraite » après 1783. Elle est surtout connue pour être le navire envoyé en 1790 à la recherche du Bounty et des mutins qui s'en étaient emparés. Elle a coulé lors du voyage de retour en 1791. Caractéristiques: Frégate 24 cannons (porcupine class) Construction: 1778 Longueur hors tout: 34,92 m Longueur de la coque: 28,90 m Maître bau: 9.83 m Tirant d'eau: 2,24 à 3,40 m Gréement: Carré Equipage: environ 140   Maquette au 1/85ème : Longueur 78 cm, Hauteur 58 cm, Largeur 26,5 cm  
  • 6

    Astrolabe

    Astrolabe

    Corvette de 380 tonnes lancée en 1811 sous le nom "LA COQUILLE" à l'origine un navire de charge pour le transport de la cavalerie . Après avoir navigué sur la Méditerranée et sur la Mer Noire, elle effectue son premier voyage mondial sous l'ordre de Capitaine Duperrey en 1822. Elle revient en mars 1825 après un parcours de 50 000 milles (près de 100 000 km) avec une documentation scientifique impressionnante. En 1825 elle est rebaptisée l'ASTROLABE en mémoire de La Perouse et part pour son deuxième voyage de découverte sous l'ordre de capitaine Dumont d'Urville. La moisson scientifique fut tout aussi fructueuse : l'expédition a relevé plus de 4000 kilomètres de côtes dans le Pacifique et découvert ou rectifié la position de plus de 150 îles, sans parler des immenses collections de roches et de plantes. Lors de son séjour en Tasmanie, Dumont d'Urville apprend qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, avait retrouvé la trace de La Pérouse. Il se rend donc à Vanikoro, y recueille quelques épaves qui confirment la tragédie à laquelle avait succombé son illustre prédécesseur et éleve un monument à sa mémoire. De 1837 à 1840, avec l''Astrolabe et la Zélée, Dumont d'Urville explore une partie de l'Antarctique et découvre une terre, qu'il appele Adélie en l'honneur de sa femme Caractéristiques: Corvette d'exploration disposant de 14 canons de 6 livres Construction: 1811 Gréement: 3 mâts carrés Longueur: 31 m Maître bau: 8,7 m Tirant d'eau: 3,7 m Tonnage: 380 tonneaux Voilure: Equipage:   Don, maquette réparée dans notre atelier   Maquette au 1/64ème : Longueur: 112 cm, largeur: 39 cm, hauteur: 85 cm.      
  • 14

    Chebec " Cazador " ( Albert )

    Chebec " Cazador " ( Albert )

        Ces navires splendides et pittoresques ressemblaient aux galères, à cause de leurs hautes dunettes, mais étaient nettement plus maniables, caractéristique fort appréciée dans les batailles navales de cette époque. Ils firent de nombreuses prouesses. Les chebecs jouèrent un role décisif en prêtant main forte aux flottes engagées dans des missions d'explorations, aux avisos et aux bateaux de poste concrètement lors du débarquement en Algérie et du second siège de Gibraltar. Source : Eol' modélisme    
  • 39

    La Candelaria

    La Candelaria

    LA CANDELARIA » était un vaisseau espagnol à deux mâts : Le mât principal et le mât de misaine,un ou deux mortiers entre le mât principal et l’avant. C’ëtait un bateau construit solidement, les structures du pont étaient très résistantesafin de supporter les contre-coups des canons en action. Le mât principal ne flanchait jamais et généralement tous les gréements entre le mât et le beaupré étaient facilement démontables pour faciliter la visée et le tir des canons.  En 1662, la ville d’Alger fut bombardée par un bateau similaire. La bombe ketch de Duquesne introduisait alors les armements de ce type.   Ils faisaient feu en haute altitude au dessus des fortifications des villes et ports occupés par les ennemis en se servant deprojectiles qui pesaient jusqu’à 90 kgs chacun. Le système fut développé par le Français Bernardo Renaud Elizagaray, architecte du navire – du fait de sapetite taille, on l’appelait  « petit Renaud .»  Il entra au service de la marine nationale espagnole sous le nouveau grade de Général de bataille ; il était chargé dínspecterles fortifications de Gibraltar et de Cadiz. Il organisa la défense de la Rivière Vigo contre la flotte anglaise en 1702. ‘LA CANDELARIA’ joua un rôle important dans le siège et le bombardement de Gibraltar en 1782. Source : Historic Marine